85% d’Africains font confiance à la médecine traditionnelle pour se soigner

Le monde est en perpétuel évolution et ce, à tous les niveaux. Le domaine de la santé n'est pas épargné. Avec la colonisation, de nouveaux procédés de guérisons ont pénétré les habitudes santé des pays africains. Si avant il suffisait de se soigner à l'aide des plantes, aujourd'hui, les différents laboratoires pharmaceutiques produisent des médicaments à même de soigner les maladies. Cependant, la médecine traditionnelle est toujours présente dans la vie de certains africains.

Un chercheur au CSIR, en compagnie d’un phytothérapeute traditionnel

Cette habitude de toujours courir à la pharmacie vient de 2 faits : la première, c'est que la colonisation a apporté une nouvelle habitude, celle d'acheter des médicaments importés qui viennent des grands laboratoires pharmaceutiques et l'autre, c'est que de moins en moins de personnes s'intéressent à la science des plantes comme par le passé. Selon Mahama Ouattara, professeur de chimie médicinale et directeur adjoint de la Direction de la Pharmacie, du Médicament et des Laboratoires de Côte d’Ivoire, les fabricants européens approvisionnaient les colonies et après les indépendances, il n’y a pas eu de politique volontariste pour changer cette politique d’importation, alors qu’aucun pays au monde n’a pu développer un marché local sans politique protectionniste.

Selon le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), environ 85% d’Africains utilisent régulièrement les services traditionnelles pour leurs soins de santé. 1421 espèces de plantes médicinales intervenant dans la médecine traditionnelle et permettant la prise en charge des patients ont été identifiées à ce jour par les chercheurs ivoiriens, explique le directeur du Programme National de Promotion de la Médecine Traditionnelle (PNPMT), Kroa Ehoulé. Sur 29 millions d'habitants en Côte d'Ivoire, 5 millions de personnes sont suivies et traitées par an par les tradipraticiens, ce qui fait le 1/5 de la population totale.

Ces plantes soignent des maladies que généralement la médecine moderne n'arrive pas à guérir. Mr Kroa Ehoulé affirme que les plantes médicinales sont généralement utilisées pour le traitement du paludisme, des infections opportunistes contractées par les personnes vivant avec le VIH/SIDA, du diabète, de l'hypertension et de la drépanocytose. Pour accompagner cette initiative, il a été créé le pavillon de la médecine traditionnelle qui a été ouvert en 2014 au centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Treichville, où cohabite médecine traditionnelle et moderne. De plus, le PNPMT a conçu un logiciel d'information et de gestion des tradipraticiens de santé (TPS) en Côte d'Ivoire.

Selon Benoît Banga N'Guessan, du laboratoire de physiologie, pharmacologie et phytothérapie de l'Université d'Abobo-Adjamé, l'un des inventeurs du TPS, le logiciel a permis de recenser plus de 8500 tradipraticiens de santé dans 12 régions administratives de la Côte d'Ivoire.

ARTICLES SUGGÉRÉS

Le prix du pétrole risque d'augmenter en Novembre

Le prix du pétrole risque d'augmenter en Novembre

8 tissus originaux made in Africa

8 tissus originaux made in Africa

10 chansons qui ont enjaillé les ivoiriens dans les années 2000

10 chansons qui ont "enjaillé" les ivoiriens dans les années 2000

La chanteuse camerounaise Blanche Bailly, victime de violences policières

La chanteuse camerounaise Blanche Bailly, victime de violences policières

Pourquoi vous ne devez pas prendre de paracétamol enceinte ?

Pourquoi vous ne devez pas prendre de paracétamol enceinte ?

Makosso et Anaconda se sont disputés...encore une fois sur un plateau télé !

Makosso et Anaconda se sont disputés...encore une fois sur un plateau télé !

La Côte d'Ivoire est le 10e pays africain avec le meilleur indice numérique

La Côte d'Ivoire est le 10e pays africain avec le meilleur indice numérique

CHAN 2022 : Qui sont les adversaires de la Côte d'Ivoire ?

CHAN 2022 : Qui sont les adversaires de la Côte d'Ivoire ?

La Côte d'Ivoire veut transformer 100% de sa production de cacao

La Côte d'Ivoire veut transformer 100% de sa production de cacao