C'est forcé de galérer avec son gars ? [Opinion du contributeur]

Dans la société ivoirienne, une femme respectable, "mariable" est souvent celle qui a supporté les affres de son homme. Qui dit affres parle d'infidélité, de maltraitances, de souffrance financière. Celles qui ne conçoivent pas ces assertions sont traitées de femmes rebelles ou souvent de féministes. Est-ce une obligation de galérer avec un gars afin de prétendre être une bonne femme ?

Didi b et Sarai/Didi B

C'est un débat qui suscite toujours la polémique. Ces derniers temps, le sujet a été remis sur la table après la demande en mariage de Didi B à Sarai ce samedi 27 août. La vidéo publiée sur les réseaux sociaux, les félicitations n'ont pas mis du temps à pleuvoir...et les reproches aussi. Une internaute du nom de Esther Naomy, a d'ailleurs lancé une pique aux filles qui voulaient avoir un pareil honneur.

Quand il s'agit de mariage, la femme est mise aux bancs des accusés si elle n'arrive pas à obtenir ou même garder un homme. C'est de sa responsabilité, le succès de son couple ce qui passe par "subir toutes les galères" pour être "mariable".

Il est "de coutume" pour les femmes de tout accepter pour garder intact leur honneur et l'honneur de leurs maris. Aujourd'hui avec l'évolution de la société, des mentalités ont évolué notamment sur la condition de la femme. Mais pour d'autres, une bonne femme africaine, c'est celle qui subit sans geindre.

Kindo Altermondialiste Infirmier, internaute sur Facebook a donné son avis sur la question sur son compte. "On n'attend pas le meilleur homme, on crée le meilleur homme. Tout en sachant faire la différence entre "on a souffert ensemble" et "j'étais là quand tu souffrais".

Comme lui, énormément de personnes estiment que c'est la femme qui façonne l'homme et peu importe si cela est mauvais pour sa santé mentale.

Cependant, l'attitude de "galérer avec son homme avant le mariage" a souvent virer au rouge. Je prends pour exemple le couple Serey Dié. Malgré la présence de sa femme, Aline à ses côtés, il a fini par suivre son cœur qui le conduisait vers Josey, une nouvelle relation.

Les théoristes de "ce n'est pas une obligation de marier sa go de galère", ont donné leur point de vue sur cette assertion et de ce qu'il en ressortait : l'amour n'est pas monnayable, ni justifié.

On marie une personne de qui on est amoureuse et non pas par reconnaissance. Ainsi, ce qui devrait justifier notre choix, c'est l'amour qu'on ressent pour la personne et bien entendu d'autres qualités que chacun identifie à son niveau.

Celles qui décident de ne pas galérer ne sont pas moins mariables que les autres. Chaque personne a ses lignes vertes, ses oranges et ses rouges. Si X peut supporter l'infidélité, Y n'est pas obligé de le faire. La souffrance ne devrait pas être un indicateur crédible pour marier sa partenaire.

ARTICLES SUGGÉRÉS

Jonathan Morrison, de plus en plus sage ?

Jonathan Morrison, de plus en plus sage ?

Tatouage, piercing, chaîne de pieds… Est-ce des signes d'une vie de débauche ?

Tatouage, piercing, chaîne de pieds… Est-ce des signes d'une vie de débauche ?

Découvrez 5 théories scientifiques négrophobes

Découvrez 5 théories scientifiques négrophobes

Chelsea legend Didier Drogba salutes Mikel Obi on retirement

Chelsea legend Didier Drogba salutes Mikel Obi on retirement

Toutes les fois où les ivoiriens ont pris le parti de Didier Drogba

Toutes les fois où les ivoiriens ont pris le parti de Didier Drogba

Top 5 des présidents africains les plus diplômés

Top 5 des présidents africains les plus diplômés

5 films afro-américains qui vont sûrement vous révolter

5 films afro-américains qui vont sûrement vous révolter

Sans carte CMU, vous ne pourrez bientôt plus retirer votre permis de conduire

Sans carte CMU, vous ne pourrez bientôt plus retirer votre permis de conduire

Le garba est-il vraiment un plat ivoirien ?

Le garba est-il vraiment un plat ivoirien ?