ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT

3 fois où les ivoiriens ont mené une grande revendication citoyenne

Toute société démocratique passe par des révolutions citoyennes et ces dernières années, la Côte d'Ivoire en a connu un bon nombre. Celles-ci visaient à faire changer des choses ou à décrier des situations jugées discriminatoires. Revenons sur 3 d'entres elles.

Lutte contre la vie chère

En janvier 2021, l’Autorité de Régulation des Télécommunications/TIC de Côte d’Ivoire (ARTCI) qui agit aussi dans la régulation du secteur postal ivoirien, a été confrontée à une révolution citoyenne suite au décret n°2018-382 du 04 avril 2018, fixant le montant et les modalités de paiement et de recouvrement de la contrepartie financière à la délivrance de l’autorisation de fourniture de service postaux. En effet, les livraisons urbaines conformément à ce décret sont inclus dans cette reforme. Il s'agissait pour ce corps de métier de payer d'un montant de 5 millions sur 10 ans pour être légalement constitués.

Cette nouvelle règle a été décriée par les populations à travers des campagnes sur les réseaux sociaux. Finalement quelques jours après la grogne, le régulateur a rencontré les livreurs urbains et a affirmé que la somme de 5 millions ne s'appliquait pas à ceux-ci.

ADVERTISEMENT

Les ivoiriens se plaignent depuis longtemps de la flambée des prix. Mais en 2022, les choses sont allées beaucoup plus loin. Il y a eu des journées mortes, des marches dont l'une a vu l'arrestation de Pulchérie Gbalet, et des revendications sur les réseaux sociaux. Ces actions ont conditionné le Premier Ministre à s'expliquer devant la nation ivoirienne et à prendre plus de mesures d'accompagnement. Le prix de l'essence a été subventionné pendant des mois par l'État ivoirien, 21 produits dont l’huile, le sucre, le lait sont plafonnés.

Depuis le jeudi 6 avril, le coût d'internet et des souscriptions d'appels a augmenté. Ce qui revient pour le consommateur à acheter 1 Go à 1000 FCFA. Après avoir indexé l'organe de régulation l'ARTCI, le député Tiemoko Assalé, député de Tiassalé, a fini par pointer du doigt les entreprises de téléphonie mobile ivoirienne à savoir Orange, Moov, MTN. Pour une réplique citoyenne, il initie un boycott national sur les produits de ces sociétés. Ce boycott perdure toujours et les citoyens sont de plus en plus motivés.

ADVERTISEMENT

Témoin oculaire? Partagez avec nous vos infos via les réseaux sociaux ou par mail:

Email: redaction@pulse.ci

ARTICLES SUGGÉRÉS

Cameroun : Eto'o annonce que Rigobert Song n'est plus le sélectionneur

Cameroun : Eto'o annonce que Rigobert Song n'est plus le sélectionneur

Mononucléose: la maladie du baiser des adolescents

Mononucléose: la maladie du baiser des adolescents

Perte de vue : 3 facteurs de risque !

Perte de vue : 3 facteurs de risque !

Ligue Europa : le tirage complet des huitièmes de finale

Ligue Europa : le tirage complet des huitièmes de finale

Santé : asthme et sport, est-ce possible ?

Santé : asthme et sport, est-ce possible ?

La RDC appelle à des sanctions contre le Rwanda

La RDC appelle à des sanctions contre le Rwanda

Bien-être : est-il dangereux de se laver tous les jours ?

Bien-être : est-il dangereux de se laver tous les jours ?

Adebayor lâche une bombe : Le fils de Drogba ne veut pas jouer pour la Côte d’Ivoire

Adebayor lâche une bombe : "Le fils de Drogba ne veut pas jouer pour la Côte d’Ivoire"

Les différentes urines et leur signification !

Les différentes urines et leur signification !

ADVERTISEMENT