Quelles peuvent être les répercussions de la visite de Macky Sall au Mali ?

La friction diplomatique entre la Côte d'Ivoire et le Mali actuellement est loin d’être terminée. Le 14 août, les 49 soldats ivoiriens détenus par les autorités maliennes ont été inculpés pour des faits de crimes d’association de malfaiteurs, d’attentat et complot contre le gouvernement, d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État, de détention, port et transport d’armes de guerre et complicité de ces crimes. Après le Togo, c'est au tour du Sénégal d'entamer les négociations.

Macky Sall à gauche, Assim Goïta à droite/Macky Sall

Depuis le communiqué du gouvernement ivoirien sur la mission de ces soldats détenus, rien n'a été dit en sus. La société civile a essayé tant bien que mal d'avoir des réponses claires. Dans cette situation, la diplomatie semble être le recours le plus sécurisé et les présidents de la sous-région ont été mandatés pour cette tâche.

D'abord, le président Togolais était au Mali le 28 juillet puis maintenant le président sénégalais, Macky Sall, président en exercice de l’Union africaine qui s'est rendu au Mali le lundi 15 août pour mieux discuter de cette crise ivoiro-malienne.

Même si le gouvernement ivoirien avait prévu que le bras de fer engagé avec Bamako serait « peut-être long », propos tenus le 3 août, à la sortie du conseil des ministres par Amadou Coulibaly, porte-parole du gouvernement ivoirien, la médiation est un canal privilégié pour le gouvernement ivoirien, d'où l'intervention en plus de Macky Sall. À ce propos, l’état-major général ivoirien affirmait le matin du 15 août que plusieurs médiations étaient en cours.

Cependant, selon les sources, le gouvernement de transition malien exige des excuses officielles des autorités ivoiriennes. Une des sources, proche du dossier de négociation révèle au média Le Monde que "Bamako veut qu’Abidjan assume l’entière responsabilité de la situation en reconnaissant publiquement que l’arrivée des soldats était illégale. Mais les Ivoiriens ont refusé, en exigeant de leur côté des excuses des dirigeants maliens pour avoir qualifié les militaires détenus de "mercenaires".

D'autres sources affirment que la junte malienne veut conditionner la libération des soldats ivoiriens à l’extradition de personnalités politiques maliennes actuellement réfugiées en Côte d’Ivoire et poursuivies pour des détournements de fonds militaires présumés, sous le régime déchu du président Ibrahim Boubacar Keïta dit "IBK".

Quant au président Macky Sall, il affirme que "le Mali reste disponible à dialoguer".

À se référer aux bruits de couloirs, la situation risque encore d'être longue. Qu'adviendra t-il de ces 49 soldats ? C'est la question que se pose tous les ivoiriens.

ARTICLES SUGGÉRÉS

Makosso et Anaconda se sont disputés...encore une fois sur un plateau télé !

Makosso et Anaconda se sont disputés...encore une fois sur un plateau télé !

La Côte d'Ivoire est le 10e pays africain avec le meilleur indice numérique

La Côte d'Ivoire est le 10e pays africain avec le meilleur indice numérique

CHAN 2022 : Qui sont les adversaires de la Côte d'Ivoire ?

CHAN 2022 : Qui sont les adversaires de la Côte d'Ivoire ?

La Côte d'Ivoire veut transformer 100% de sa production de cacao

La Côte d'Ivoire veut transformer 100% de sa production de cacao

5 tenues coups de cœur de la Miss Marlène-Kany

5 tenues coups de cœur de la Miss Marlène-Kany

Qui est Schaki, la dulcinée de Fior de Bior ?

Qui est Schaki, la dulcinée de Fior de Bior ?

 5 choses à savoir sur Ibrahim Traoré, le nouvel homme fort du Burkina

5 choses à savoir sur Ibrahim Traoré, le nouvel homme fort du Burkina

Jonathan Morrison, de plus en plus sage ?

Jonathan Morrison, de plus en plus sage ?

Tatouage, piercing, chaîne de pieds… Est-ce des signes d'une vie de débauche ?

Tatouage, piercing, chaîne de pieds… Est-ce des signes d'une vie de débauche ?