ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT

La CEDEAO débat du retrait du Mali, Burkina Faso et Niger pour l'AES

Ce jeudi 8 février 2024, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) s'est réunie en session extraordinaire pour aborder la question du retrait des pays membres de l'Alliance pour le Sahel (AES), à savoir le Mali, le Burkina Faso et le Niger. Cette réunion était cruciale, car elle répondait aux courriers officiels de notification émis par chacun de ces trois pays exprimant leur intention de quitter l'organisation régionale. Les motifs avancés par ces nations pour justifier leur départ ont également été critiqués par la CEDEAO.

La CEDEAO débat du retrait du Mali, Burkina Faso et Niger pour l'AES/HAMA BOUREIMA/AFP VIA GETTY IMAGES

Les arguments soulevés par le Mali, le Burkina Faso et le Niger pour leur retrait de la CEDEAO ont été point par point décortiqués par la Commission de l'organisation. Les raisons invoquées comprennent notamment la perception d'un éloignement des idéaux panafricains des pères fondateurs de la CEDEAO, l'accusation d'une influence néfaste de puissances étrangères sur l'organisation, un sentiment d'abandon dans la lutte contre le terrorisme, et le rejet des sanctions imposées par la CEDEAO comme étant "illégales, illégitimes, inhumaines et irresponsables".

ADVERTISEMENT

En réponse à ces motifs, la CEDEAO a répliqué de manière vigoureuse. Elle a souligné que les sanctions imposées au Niger étaient en accord avec les protocoles de l'organisation, signés par les trois pays en question, et qu'elles étaient conditionnées par une feuille de route pour la transition démocratique et la libération du président Bazoum. De plus, elle a affirmé que les décisions prises par l'organisation n'étaient pas dictées par des influences étrangères, mais résultaient d'un engagement volontaire des États membres. La CEDEAO a également rappelé son engagement envers la démocratie, la bonne gouvernance et la lutte contre le terrorisme, contredisant ainsi les allégations de négligence évoquées par les trois États membres.

La Commission de la CEDEAO a également exprimé des doutes quant à la sincérité des motifs avancés par les dirigeants des pays en question. Elle a suggéré que ces motifs ne sont que des prétextes visant à masquer leur véritable intention, à savoir le maintien au pouvoir par des moyens non constitutionnels. Cette position pourrait être perçue comme une tentative de détourner l'attention de l'insistance de la CEDEAO sur le retour rapide à l'ordre constitutionnel dans ces pays.

Concernant la procédure de retrait, la CEDEAO a affirmé que les demandes de retrait "immédiat" des trois États membres étaient incompatibles avec les dispositions de l'article 91 du Traité révisé de 1993, qui exige un préavis d'un an pour tout État désirant se retirer de l'organisation. Par conséquent, les notifications de retrait émises par ces pays seraient considérées comme des préavis, et leur retrait ne sera effectif que dans un an, à moins qu'ils ne retirent leur demande avant l'expiration de ce délai.

ADVERTISEMENT

Témoin oculaire? Partagez avec nous vos infos via les réseaux sociaux ou par mail:

Email: redaction@pulse.ci

ARTICLES SUGGÉRÉS

Bilan des interventions du GSPM suite aux pluies diluviennes de juin 2024

Bilan des interventions du GSPM suite aux pluies diluviennes de juin 2024

Le concept 'notre futur', ces débats d'idées organisés entre l'Europe et les pays africains

Le concept 'notre futur', ces débats d'idées organisés entre l'Europe et les pays africains

Voici des conseils d'usage pour se protéger de ces pluies diluviennes

Voici des conseils d'usage pour se protéger de ces pluies diluviennes

Abidjan sous les eaux : Les quartiers inondés après de fortes pluies

Abidjan sous les eaux : Les quartiers inondés après de fortes pluies

La FEMAFOOT met fin à la collaboration avec Éric Sekou Chelle

La FEMAFOOT met fin à la collaboration avec Éric Sekou Chelle

Pour la fête des pères, les Pulsers partagent le cadeau de leur rêve

Pour la fête des pères, les Pulsers partagent le cadeau de leur rêve

10 pays africains avec les passeports les plus puissants à mi-parcours 2024

10 pays africains avec les passeports les plus puissants à mi-parcours 2024

Le nombre de déplacés de force dans le monde atteint le chiffre record

Le nombre de déplacés de force dans le monde atteint le chiffre record

Visa Schengen : les demandeurs africains perdent des millions d'Euros en 2023

Visa Schengen : les demandeurs africains perdent des millions d'Euros en 2023

ADVERTISEMENT