ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT

La Côte d'Ivoire et le Ghana comptent s'émanciper des industriels du cacao

Dans le monde, la Côte d'Ivoire est le premier producteur de Cacao mais en terme de transformation locale, la terre d'éburnie est encore à 33% de sa production totale. En octobre 2022, aux Journées Nationales du Cacao et du Chocolat, le conseil du café et du cacao et le gouvernement ivoirien avait émis plus de volonté de reformer le secteur. À cet effet, le prix de vente du cacao a été revu à la hausse passant de 825 FCFA à 900 FCFA. Cette volonté se traduit également par le fait de vouloir rompre avec les industriels du Cacao s'ils ne paient pas le Différentiel de revenu décent ( DRD).

Des fèves de Cacao/Conseil National du Café et du Cacao

Malgré le fait que la Côte d'Ivoire soit le premier pays producteur du Cacao, les producteurs reçoivent une part très faible des revenus de vente en raison de la pluralité de marché et ce qui les emmènent à vivre dans une extrême pauvreté. En dépit du fait que les gouvernements ivoirien et ghanéen fixent les prix de vente, depuis la campagne 2010-20, ces gouvernements ont introduit le DRD pour l'ensemble des ventes de cacao. En appliquant un " différentiel " de 400 USD/tonne (243 500 FCFA) au-dessus du prix plancher, le DRD vise à augmenter les revenus des producteurs de cacao pour les aider à atteindre un revenu décent.

ADVERTISEMENT

Le conseil du café cacao et le Cocobod, institutions de gestion du Cacao en Côte d'ivoire et au Ghana, passée la date du 20 novembre 2022, feront des recommandations à leurs gouvernements respectifs pour prendre des mesures allant jusqu'à la suspension de tous les programmes de durabilité et à l'interdiction d'accès aux plantations pour effectuer des prévisions de récoltes si les industriels ne respectent pas le paiement du DRD. Malgré le soutien public affiché par l’industrie du cacao, ce mécanisme de prix n'a pas encore permis de réaliser pleinement l'ambition de garantir une hausse soutenue des prix bord-champ du cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana.

Dans un communiqué conjoint du Conseil du Café-Cacao et le COCOBOD, ils invitent : "l’industrie du cacao et du chocolat, responsable de cette regrettable situation, à prendre les dispositions pour la reprise effective des achats conformément aux engagements pris''.

Ils appellent aussi au "respect mutuel des engagements" pour une solution gagnante à tous les niveaux. Sans toutefois omettre de rappeler que la Côte d'Ivoire et le Ghana, représentent 65% de la production mondiale de cacao.

ADVERTISEMENT

Témoin oculaire? Partagez avec nous vos infos via les réseaux sociaux ou par mail:

Email: redaction@pulse.ci

ADVERTISEMENT