100 jours après la CAN : Voici le bilan des infrastructures sportives

Pour un souci de redevabilité et de transparence, le directeur général de l’Office national des Sports (ONS), Ousmane Gbané a organisé un point de presse sur "Infrastructures sportives de la CAN : 100 jours après, état des lieux et perspectives". Cette conférence qui s'est tenue au stade Olympique Alassane Ouattara d'Ebimpé, le jeudi 27 juin 2024, a eu pour objectif de un bilan et de donner les perspectives. L'élément principal qui y ressort c'est que les infrastructures créées pour la 34e édition de la Coupe d'Afrique des Nations en Côte d'Ivoire sont non seulement bien entretenues mais aussi bien protégées.

Voici le bilan des infrastructures sportives de la CAN 2023 en Côte d'Ivoire

Le bilan se résume en quatre points :

  • La présentation du patrimoine de la CAN 2023 ;
  • L'état des lieux de ce patrimoine ;
  • Les défis de gestion ;
  • Les perspectives d’avenir.

Ousmane Gbané a assuré que tous les stades restent homologués pour accueillir les compétitions FIFA et CAF.

Pour ce qui est de la maintenance des infrastructures, il a indiqué que celle-ci est assurée par les multinationales ayant participé à leur construction.

"La maintenance des pelouses est particulièrement scrutée. Elle était initialement assurée par trois groupes multinationaux jusqu’à la fin février. Depuis lors, nous avons décidé de continuer avec une multinationale en adéquation avec la vision du gouvernement ivoirien visant à renforcer les compétences locales en matière d’entretien des pelouses", a-t-il expliqué.

Il a ajouté que l’ONS gère directement les pelouses des villes de Korhogo et de Bouaké, grâce à l’expertise de Greenkeeper, un spécialiste marocain, qui s'occupe de ces terrains avec succès. A la longue, il souhaiterais inclure les compétences locales pour l’entretien des infrastructures et pelouses, ainsi que l’exploitation rentable de ces infrastructures pour générer des ressources supplémentaires.

Parmi les objectifs, il y a la maintenance continue des infrastructures sportives et d’hébergement, ainsi que la recherche de solutions pour maîtriser la consommation d'eau et d’électricité. Ousmane Gbané a également mentionné plusieurs projets futurs, comme l'organisation de journées portes ouvertes pour promouvoir les services des infrastructures, l’optimisation des espaces publicitaires et diverses autres activités pour faire vivre ces infrastructures.