Affou Keïta dit avoir échappé à un maraboutage orchestré par sa famille

Le maraboutage n'est pas un cas isolé en Afrique. Bien des personnes s'en plaignent. Affou Keïta, la Diva de la musique Mandingue a été victime récemment de cette pratique. Elle nous raconte.

Affou Keïta

Lors de son dernier passage sur le plateau de l'émission "Les femmes d’ici" sur NCI, Affou est revenue sur la tentative de maraboutage dont elle était la cible et sur les auteurs de ce fait. Selon ses explications, 4 femmes seraient à l'origine de cette situation.

"4 femmes se sont associées pour payer un marabout pour me faire du mal. Elles ont envoyé mes photos chez le marabout en Guinée. Les 4 devaient payer chacune 250 000 FCFA pour acheter un chien et un cabri. Et il y a une autre femme qui me connaissait mais moi non, qui m'a prévenue. Comme elle voit que je suis gentille avec ses sœurs à Adjamé Roxy, elle est venue me dire ça, parce qu’elle aussi partait là-bas pour gérer ses affaires", explique-t-elle.

Quand cette femme a vu la photo d'Affou Keïta chez le marabout, elle a questionné ce dernier.

"Le marabout expliqua que ce sont 4 femmes qui sont venues lui donner les photos pour me tuer. La femme a dit au marabout : "je vais aller lui dire. Je ne vais pas laisser hein. D’ailleurs, ma consultation il faut laisser".

"Elle m’a appelé au téléphone vers 23 h pour me dire, ils sont venus donner ton nom ici. Le marabout m’a dit le nom des femmes qui sont en train de faire ça. Elles ne veulent pas te voir briller… Elle m’a demandé de venir. Quand je viens, je vois un chien qui est attaché effectivement devant la porte du marabout avec un cabri. À partir de 4 h du matin, le marabout allait les prendre pour les envoyer quelque part pour les tuer… Lorsque je suis arrivée en Guinée devant la femme elle m’a dit tous les noms. Je lui ai demandé de les appeler", poursuit-elle.

À la lumière de toute cette histoire, ce serait sa tante, la petite sœur de sa mère en lien avec 3 autres femmes qui ont commandité cette opération pour l'empêcher de grandir encore dans son art.

Témoin oculaire? Partagez avec nous vos infos via les réseaux sociaux ou par mail:

Email: redaction@pulse.ci