KS Bloom, battu à l'aéroport sénégalais donne plus de détails

Ks Bloom a été victime d'une bastonnade au sein de l'aéroport international Blaise-Diagne. Après avoir fait un premier post sur l'incident, il donne plus de détails dans un direct Facebook, sur cette violence policière qui a duré de 23h à 3h.

Ks bloom/Paul Koffi

Jeudi 10 novembre, se rendant au Sénégal, KS bloom a été violenté à l'aéroport du Sénégal Blaise-Diagne. Ce n'est qu'une semaine après, qu'il se résout à en parler sur les réseaux sociaux. Il a d'abord fait un post préliminaire pour annoncer l'incident à 13h et a fini par faire le live sur Facebook à 18h.

Pour lui, il était important de faire ce live pour éviter que cette situation n'arrive à une tierce personne. Lui, étant une célébrité, il peut potentiellement s'en sortir dans ce genre de cas.

Ce jeudi-là, alors qu'il remplissait les formalités d'usage, après une incompréhension avec le policier, il s'est fait pousser par celui-ci.

"Le policier me demande à quel hôtel je loge, ne connaissant pas le lieu, je le lui dit. Automatiquement, il me demande de me mettre sur le côté. Des minutes plus tard, il me crie dessus en me demandant de dégager. C'est lorsque je lui ai demandé s'il a un problème avec moi, qu'il m'a brutalisé".

Cette situation humiliante ne l'a pourtant pas fait réagir. Il est resté calme en attendant son staff. Informé de cette situation, l'un de ses managers demandent au chef de sécurité, des explications. C'est là que tout dégénère. Il est embarqué dans une salle à côté où il est bastonné par la suite.

"On arrive devant le bureau et on me demande de rentrer tout seul dans la salle. Prenant peur l'équipe refuse. Ils m'ont tiré pour me faire rentrer de force dans le bureau. Dès qu'on me fait asseoir, on me 'baffle'. Je me lève pour comprendre, on me 'baffle' encore".

Il s'est fait ensuite menacé, tapé par le commandant supérieur de l'aéroport. "J'ai reçu des 'baffles' célestes, je parle un peu, il me tape, je ne parle pas, il me tape", dixit l'artiste.

Il doit son salut à un artiste sénégalais qui a fait une doléance pour lui aux autorités policières. Ce fut un jeudi noir pour lui.

Témoin oculaire? Partagez avec nous vos infos via les réseaux sociaux ou par mail:

Email: redaction@pulse.ci