5 anciennes parures de beauté africaines encore utilisées aujourd'hui

Les accessoires traditionnels portent une importante symbolique liée à la culture ou aux traditions d'un peuple. Les bijoux africains sont généralement brillants, colorés, texturés et délicatement fabriqués à la main selon des techniques transmises depuis des siècles. Aujourd'hui, leur mode de fabrication change, quitte à fleurer l'industriel et ils sont surtout portés pour des raisons esthétiques. Découvrez 5 accessoires que nos ancêtres portaient déjà et qui sont toujours tendance en 2022.

Bijou en cauris de Lafalaise Dion /Brandon Mphela
ADVERTISEMENT

En bijou de tête, décoration pour nos braids ou même en vêtements, les cauris ont le vent en poupe actuellement. Notamment grâce à des artistes comme l'ivoirienne Lafalaise Dion qui leur donne ce côté hip et fashionable pour tous.

Avant de devenir un accessoire de mode, ces coquillages ont été utilisés comme une monnaie d'échange dans le commerce jusqu'au 20e siècle. On leur trouvait même un caractère spirituel. Ils étaient utilisés pour la divination et les profanes les portaient comme un porte-bonheur.

Les perles pour la taille, communément appelés "Baya" en Côte d'Ivoire, sont populaires en Afrique et à travers le monde. Les bayas font partie de la culture africaine, notamment de l'Afrique de l'Ouest, depuis très longtemps. Au Nigeria, les perles de taille étaient portées comme un signe de spiritualité, de féminité, de sensualité, de croissance et de fertilité dans les temps anciens. Au Ghana, c'est un symbole de rite de passage et de passage à l'âge adulte pour une jeune fille, et c'est généralement la preuve de sa maturité sexuelle. Il contribue également à accentuer la taille, en lui donnant un cadre plus petit.

À la naissance d'un bébé, on l'embellit traditionnellement avec des perles de taille, et une fois que le bébé a grandi jusqu'à environ un an, si c'est un garçon, il cesse de les porter, tandis que la jeune fille continue à les porter. La jeune fille continuera à porter les perles à la taille jusqu'à la puberté ; elle les grandit automatiquement et en reçoit de nouvelles lorsqu'elle devient une femme.

Dans d'autres cultures, les perles à la taille sont portées pour se protéger du "mauvais œil".

Les Ndebele sont un petit clan parlant le zoulou et vivant dans quelques petites localités à l'est de Pretoria, en Afrique du Sud. Ils sont célèbres pour leurs perles et leurs peintures murales. Quant aux Maasai, c'est une tribu kenyane réputée pour ses remarquables pisteurs qui connaissent depuis des générations leurs terres et leur faune. En tant que pasteurs semi-nomades, ils vivent encore de l'élevage de bovins et de chèvres.

Si les accessoires en perles sont courants dans plusieurs regions de l'Afrique, ces deux peuples sont pourtant ceux qui ont les motifs les plus reconnaissables. La géométrie dans l'assemblage des perles et les couleurs vives font de ces accessoires des bijoux tendance de nos jours.

Les écarteurs d’oreilles sont une forme de piercing issue des peuples d'Asie, d'Afrique et d'Amazonie. Ötzi le Iceman (3300 av. J.-C.), l'une des plus anciennes momies humaines a été la première découverte à avoir les lobes des oreilles étirés. Longtemps, l'on croyait que les oreilles étaient les portes d’entrée des esprits qui possédaient l’homme. Les écarteurs d'oreilles étaient donc des objets en métal utilisés pour les conjurer.

On en retrouve notamment chez les Mursi en Éthiopie. Là, c'est une marque de distinction et un signe de respect. Chez les Fulani (Mali, Bénin...) ou encore les Maasai du Kenya, plus la personne a les lobes grandement écartés, plus elle est vénérée.

L'or est un métal important dans la culture et la tradition de nombreux peuples africains. Ils se parent de bijoux pour montrer leur richesse, leur appartenance ou bien le pouvoir. Chez les Akan, les poids à peser l’or dit « Poids Akan » sont de petites figurines de bronze et de laiton, longtemps utilisés à partir du 13ème siècle dans les échanges commerciaux.

Toutefois, d’autres poids représentaient des animaux, des armes, des personnages ou des objets de la vie courante. Tous ces poids se conservaient jalousement dans les familles et représentaient les symboles de leur richesse.

ADVERTISEMENT

ARTICLES SUGGÉRÉS

Après combien de jours faut-il laver ses jeans?

Après combien de jours faut-il laver ses jeans?

5 ivoiriens qui ont impacté l'histoire de la Côte d'Ivoire

5 ivoiriens qui ont impacté l'histoire de la Côte d'Ivoire

5 endroits à découvrir à Bouaké et dans sa région

5 endroits à découvrir à Bouaké et dans sa région

La Côte d'Ivoire est le 5e pays africain avec les projections de PIB les plus élevées pour 2023

La Côte d'Ivoire est le 5e pays africain avec les projections de PIB les plus élevées pour 2023

8 artistes africains sont nominés aux Grammy Awards 2023

8 artistes africains sont nominés aux Grammy Awards 2023

10 photos qui prouvent que Sery Dorcas est une figure incontournable de la mode en Côte d'Ivoire

10 photos qui prouvent que Sery Dorcas est une figure incontournable de la mode en Côte d'Ivoire

PSG : Mbappé OUT pour trois semaines !

PSG : Mbappé OUT pour trois semaines !

 L'État prévoit la construction d'une ligne de Bus Rapid Transit entre Yopougon et Bingerville

L'État prévoit la construction d'une ligne de Bus Rapid Transit entre Yopougon et Bingerville

5 chansons d'artistes africains qui ont figuré au Billboard Hot 100

5 chansons d'artistes africains qui ont figuré au Billboard Hot 100

ADVERTISEMENT