ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT

Le PDCI-RDA propose de vendre à 2 500 FCFA/kg du cacao brut

Le débat autour du prix du cacao en Côte d'Ivoire prend de l'ampleur alors que les cours internationaux de cette précieuse denrée ont grimpé à des niveaux historiques. Ce qui est communément appelé "l'or brun" connait des couts de vente exceptionnel sur le marché international. La Côte d'Ivoire, premier pays producteur de cette denrée, est en marge de cette augmentation. Le groupe parlementaire PDCI-RDA à l'Assemblée nationale a lancé une proposition audacieuse en suggérant un prix plancher de 2 500 FCFA par kilogramme de cacao, une augmentation significative par rapport aux tarifs actuels.

Des fèves de Cacao

Le président du groupe parlementaire, le député Simon Doho, a souligné que sur le marché de New York, le prix du cacao a franchi la barre des 10 000 dollars la tonne, équivalent à environ 6 050 FCFA le kilogramme, atteignant ainsi son niveau le plus élevé à ce jour. Cette proposition du PDCI-RDA vise à garantir une rémunération juste pour les producteurs de cacao, en tenant compte de la hausse spectaculaire des cours mondiaux.

Cependant, une tension émerge entre les différentes parties prenantes. Les sociétés d'exportation, selon des sources rapportées par le média Abidjan.net, ont prévu un ajustement du prix du cacao à 1 500 FCFA le kilo, arguant que cette augmentation serait entérinée par le Président Alassane Ouattara. Initialement, le Président Ouattara avait approuvé une proposition de prix oscillant entre 1 100 et 1 200 FCFA le kilogramme, mais des informations récentes indiquent qu'il aurait revu ses exigences à la hausse, demandant un tarif encore plus élevé.

ADVERTISEMENT

Cette volte-face du président survient alors que les prix du cacao ont connu une croissance vertigineuse tout au long de l'année 2023. Cette augmentation substantielle du prix du cacao sur le marché international devrait logiquement se refléter dans les tarifs nationaux, mais les divergences entre les propositions du PDCI-RDA, du gouvernement et des sociétés d'exportation mettent en lumière les enjeux complexes qui entourent la fixation du prix de cette ressource vitale pour l'économie ivoirienne.

Il est crucial que les décisions prises à cet égard prennent en considération non seulement les intérêts des producteurs, mais aussi la viabilité économique de l'industrie du cacao dans son ensemble. Les fluctuations des prix internationaux doivent être gérées de manière à assurer la stabilité et la croissance à long terme du secteur cacaoyer en Côte d'Ivoire.

ADVERTISEMENT

Témoin oculaire? Partagez avec nous vos infos via les réseaux sociaux ou par mail:

Email: redaction@pulse.ci

ARTICLES SUGGÉRÉS

Observateur Ébène condamné pour injures et diffamations en ligne

Observateur Ébène condamné pour injures et diffamations en ligne

Kanye West désire faire un plan à trois avec Michelle Obama

Kanye West désire faire un plan à trois avec Michelle Obama

Blé Goudé répond au gouvernement : 'nul ne peut être poursuivi ou puni pour les mêmes faits'

Blé Goudé répond au gouvernement : 'nul ne peut être poursuivi ou puni pour les mêmes faits'

Ce qu'il faut savoir sur Gérard Gnanhoua, le nouvel entraineur des gardiens Éléphants

Ce qu'il faut savoir sur Gérard Gnanhoua, le nouvel entraineur des gardiens Éléphants

5 pays africains ayant les taux de refus de visa Schengen les plus élevés

5 pays africains ayant les taux de refus de visa Schengen les plus élevés

Liga : la grosse punition du FC Barcelone à Ronald Araujo

Liga : la grosse punition du FC Barcelone à Ronald Araujo

Quand le corps devient un passeur : comprendre le syndrome des transporteurs de drogue

Quand le corps devient un passeur : comprendre le syndrome des transporteurs de drogue

5 endroits où trouver l'amour en Côte d'Ivoire

5 endroits où trouver l'amour en Côte d'Ivoire

5 activités intéressantes que vous pourrez vivre au Masa 2024

5 activités intéressantes que vous pourrez vivre au Masa 2024

ADVERTISEMENT