Des internautes se plaignent des prix 'exorbitants' des tenues de Suspect 95

Ce samedi 22 avril, Suspect 95 s'est reconverti en l'espace d'une journée en créateur de mode. Il a invité le public ivoirien à la vente éphémère de sa première capsule de vêtements "Société Suspecte". Certains internautes se sont étonnés que ces vêtements aient été vendus à des prix élevés et se plaignent.

Suspect 95 dans l'un de ses vêtements

On le sait tous, Suspect a adopté un nouveau symbole, le Wawa Aba, qui représente son identité visuelle pour son premier album studio. Dans l'attente de la sortie de cet album, il a décidé de créer des produits dérivés autour de ce symbole Adinkra. Le samedi 22 avril à Pop Up Abidjan, Rue des Jardins, il a réussi à vendre toutes les pièces de la collection limitée. Ces vêtements étaient en vente au prix de 40 000 FCFA pour les tee-shirts, 35 000/40 000 FCFA pour les chemises, 60 000 FCFA pour les kimonos et 50 000 FCFA pour les pantalons.

Certains internautes se sont indignés des prix de ces vêtements. Pour eux, Suspect le président du syndicat qui prône le prix du transport à sa copine fixé à 2000 FCFA, fait des vêtements hors de prix.

On peut lire un commentaire de Sahindou qui dit : "On n'a qu'à payer pantalon 50000 FCFA, et on n'a qu'à donner 2000 FCFA à nos futures femmes, vraiment la société est suspecte".

Eric 2 glory abonde dans ce sens.

"Nos femmes, nos propres chéries 2000 FCFA et lui, il vend simple pantalon à 60.000 FCFA, kimono, il a trahi le syndicat. À chacun sa gamme", lit-on dans sa publication.

David William : "Toi c’est 2000 FCFA tu donnes à petite sœur des gens mais c’est habit 60000 FCFA, tu vends jusqu’à son sold out".

Quoi qu'il en soit, les vêtements ont été tous vendus en quelques heures, annulant la deuxième journée de vente qui était prévue. Des personnalités publiques comme Joe Williams, Juste Crépin, Amie Kouamé, Edith Brou, Jil Alexandre N'DIA, Jojo Le Barbu… étaient présentes à la vente.

Témoin oculaire? Partagez avec nous vos infos via les réseaux sociaux ou par mail:

Email: redaction@pulse.ci